© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

Défi 2017 : Roman #18

13/11/2017

 

Alexandre Chenevert suit son p’tit bonhomme de chemin entre son appartement et la banque, là où il occupe le poste de caissier. Dans la vie de ce cinquantenaire, tout est beige, tout est terne. Lorsque le médecin lui conseille vivement de prendre des vacances, Alexandre a un doute. Pourtant, les quelques jours qu’il passe dans le bois, loin de Montréal, lui font le plus grand bien. Malheureusement, le retour à la vie urbaine ne se passe pas comme prévu…

 

On lit Alexandre Chenevert parce que :

 

-les mots de Gabrielle Roy sont teintés de poésie, de sensibilité et de réflexion;

-l’histoire d’Alexandre Chenevert constitue un long portrait d’un homme mal dans sa peau, insatisfait de sa vie;

-le Montréal d’après-guerre occupe une place tout indiquée dans le récit de l’auteure.

 

 

 

Il avait cru plus économique en fin de compte d’acheter un parapluie qui pourrait durer des années. C’était celui-là qu’il devait perdre.

 

[…] le bonheur semblait encore la façon la moins couteuse de guérir.

 

 

 

 

 

 

Bonheur d’occasion, éditions du Boréal (Ed. originale Beauchemin, 1954), 1995, 290 p.

Gabrielle Roy

 

 

Please reload