© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

Encore la bête...

21/12/2016

Le roman La bête et sa cage permet au lecteur de retrouver le personnage de La bête à sa mère. Dans cette suite, notre homme se trouve maintenant en prison pour avoir commis un meurtre. Son séjour au pénitencier laisse place à une panoplie de situations violentes et troublantes. Le détenu tombe même en amour ! Entre agressions, vols, complot et tentative d’évasion, l’homme continue à partager son érudition avec ses codétenus.

 

J’avais bien apprécié La bête à sa mère, mais je suis restée sur mon appétit pour ce deuxième livre. Tout d’abord, le monde carcéral est un univers qui ne m’intéresse pas vraiment. Le quotidien des prisonniers et les clans qui s’y forment constituent une bonne partie de l’histoire, de même que les plans pour s’approvisionner en produits divers. L’histoire d’amour, à sens unique, m’a semblé un peu exagérée. Par contre, la plume de David Goudreault vaut le détour et encore une fois, les répliques et les réflexions de son personnage m’ont fait sourire plus d’une fois !

 

« À force de péter des coches, il avait du lousse dans l’engrenage. »

 

« Jouer le malade mental, ça demande de la concentration. »

 

« À force de frapper des murs, ils apprennent à se tasser. »

 

 

 

David Goudreault, La bête et sa cage, Stanké, 2016

Please reload