© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

Au revoir Mankell

10/11/2016

Le 5 octobre 2015, l’auteur suédois Henning Mankell nous quittait. Son dernier roman, Les bottes suédoises, est la suite indépendante de Les chaussures italiennes.

 

Une lumière aveuglante tire Fredrik Welin de son sommeil : sa maison brûle. Il réussit à sortir indemne des flammes, des bottes dépareillées aux pieds. Jansson, le facteur qui distribue le courrier par bateau, arrive le premier sur les lieux. Fredrik se réfugie dans la caravane de sa fille, Louise, qu’il devra d’ailleurs informer. Le lendemain, les policiers se rendent sur l’ile et semblent le soupçonner d’avoir provoqué l’incendie. Fredrik compte bien trouver des réponses à ces questions qui le taraudent. L'arrivée de Louise et la rencontre d'une journaliste de la presse locale, Welin n'est pas à bout de ses peines. En effet, d'autres incendies se déclarent et le suspect court toujours...

 

Les romans mettant en vedette Kurt Wallander restent la marque de commerce de Mankell. Par contre, Les chaussures italiennes et Les bottes suédoises, se distinguent totalement des enquêtes de l’inspecteur. Le suspense demeure présent, mais la subtilité l'emporte. À mon avis, la psychologie des personnages est beaucoup plus développée. Les descriptions des paysages suédois bénéficient elles aussi de ce style et leur présence se fait davantage sentir. Le lecteur peut facilement sentir le souffle du vent et le froid glacial qui provient du nord.

 

Si vous n'êtes pas amateur de Mankell, je vous suggère davantage Les bottes suédoises, qui, à mon avis, vous tiendra davantage en haleine!

 

Henning Mankell, Les bottes suédoises, éditions du Seuil, 2016.

 

« Quelqu’un qui a tout perdu n’a pas beaucoup de temps. À moins que ce ne soit l’inverse. »

 

« En fait, on n’a pas besoin de montre. La vie ne se laisse pas mesurer, de toute façon. »

Please reload