© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

Un voyage au Nigéria

07/11/2016

Encore une fois, la beauté d'une première de couverture a attiré mon attention. Avouez qu’elle est splendide ! Les critiques autant bonnes que mauvaises ont repoussé le moment où j’ai décidé d'entreprendre ma lecture. Une fois commencé, difficile de déposer ce livre.

 

Ifemelu est Nigériane. Après avoir vécu son enfance, son adolescence et les premières années de sa vie d’adulte, elle prend la décision de quitter Lagos, la ville où elle habite pour aller poursuivre ses études aux États-Unis. Elle quitte sa famille, ses amis, mais aussi Obinze, son amoureux. Les premières semaines en Amérique s'avèrent difficiles : un appartement partagé avec d’autres étudiants, pas de travail et peu d’argent. Le vent tourne et elle obtient un travail de gardienne d’enfants. Ifemelu sent le désir de partager son opinion et ses idées, elle crée alors un blogue, Raceteenth ou Observations diverses sur les Noirs américains (ceux qu’on appelait jadis les nègres) par une Noire non américaine, qui deviendra très populaire et qui l’amènera à donner des conférences. Entre sa quête de la place qui lui appartient et ses amours tumultueuses qui finissent toujours par la torturer, elle ne peut s’empêcher de penser à Obinze, son premier amoureux qu’elle a laissé tomber sans préavis. Son retour à Lagos ne sera pas sans heurts.

 

L’histoire d’Ifemelu fascine, d’autant plus que l’auteure est Nigériane. La vraisemblance et la crédibilité frappent donc davantage. En effet, dès les premières pages, le lecteur sent cette chaleur étouffante de l’Afrique. Même de l’autre côté de l’Atlantique, les mœurs et les croyances demeurent bien présentes, surtout par le fait que l’histoire d’Obinze est présentée parallèlement à celle d’Ifemelu. Cette alternance constitue un élément très intéressant et permet de suivre l’évolution psychologique des deux personnages.

 

Bref, malgré ses 685 pages, le roman de Chimamanda Ngozi Adichie mérite vraiment le détour !

 

« Comment pouvait-on regretter quelque chose dont on ne voulait plus ? »

 

« Un post sur le Web était l’équivalent d’un témoignage en public à l’église […].»

 

Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah, Folio, éditions Gallimard, 2014.

Please reload