© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

Chassé-croisé

24/10/2016

On ne peut pas ne pas aimer Larry Tremblay. La majorité d’entre vous a surement lu L’orangeraie, paru en 2013. En septembre dernier, c’est L’impureté qui a pris place sur les tablettes des librairies.

 

Alice Livingston est décédée en laissant un roman sur le point d’être publié. Son mari, Antoine, ne les lisait jamais avant leur publication. Ce qu’il retrouvera dans les mots de sa femme fera resurgir des souvenirs, mais aussi des démons enfouis dans sa mémoire. Entre le passé et le présent, le lecteur se promène dans les souvenirs d’Antoine tout en le suivant dans sa lecture du dernier livre de sa femme.

 

Les mots de Larry Tremblay laissent transparaitre force et intensité, et ce, en toute simplicité. En effet, cette simplicité demeure selon moi une des forces de l’auteur. Peu de mots sont nécessaires pour dévoiler les émotions des personnages qui prennent vie dans ses histoires. L’impureté ne fait pas exception. L’envie de continuer la lecture et le refus de déposer le livre ne sont pas étrangers à cela. Lire du Larry Tremblay ressemble à un envoutement, les pages doivent être tournées, une après l’autre, sans pause. À la toute fin, lorsque l’on dépose le roman, l’histoire demeure dans notre tête et le lecteur peut se demander, à son tour, si le cœur est objet de pureté. Bref, un roman que vous pouvez ajouter sans hésitation à votre PAL.

 

« […] Tu vois, l’assassinat de Kennedy a été un tel évènement qu’il a tranché mon existence en deux. Quand j’ai aperçu ma mère, dans le salon, en train de pleurer devant la télévision, j’ai compris qu’il venait de se passer quelque chose de grave. À ses yeux, l’assassin du président était le diable incarné revenu sur la Terre. Le monde venait d’apparaitre dans notre salon. Finie l’enfance. Ce jour-là, j’ai perdu mon innocence et j’ai compris une chose essentielle : le mal existe. »

 

« Les mots ne sont jamais innocents. Ils cachent des intentions secrètes qui orientent l’attention du lecteur, suscitent en lui des images, éveillent des désirs, engendrent des besoins, aimait-elle répéter. »

 

Larry Tremblay, L’impureté, Alto, 2016.

Please reload