© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

Dans les entrailles de la terre

08/09/2016

Une rare incursion dans le monde de la science-fiction m’a permis de découvrir l’auteur Hugh Howey et le premier tome de sa trilogie, Silo.

 

La Terre n’existe plus telle que nous la connaissons. Aucune végétation n’a survécu, l’atmosphère qui règne est hostile et l’air, irrespirable. Les survivants vivent dans un silo souterrain géant (134 étages) où chacun a son rôle et où maire et shérif tentent de maintenir la loi et l’ordre. Parmi la population, certains osent espérer qu’il sera possible de sortir. Ces derniers sont considérés comme des individus dangereux et pour les punir, on les envoie au nettoyage, en leur donnant ce qu’ils veulent : sortir. Mais un jour, tout ne se passe pas comme prévu et l’organisation commence à battre de l’aile.

 

Le concept même du roman correspond en tous points à celui d’un univers post-apocalyptique. Absence d’air pur, végétation disparue et survivants appartenant à différents camps. Les ingrédients parfaits pour créer un monde hostile. Le récit, quant à lui, regorge de rebondissements qui laissent peu de répit au lecteur, et ce, dès les premiers chapitres. Le côté science-fiction qui m’inquiétait avant ma lecture s’est avéré une facette très intéressante de l’histoire. Grâce aux descriptions, le fameux silo où vivent les survivants est facile à imaginer et on croirait parfois gravir les dizaines et les dizaines d’étages dont il est constitué. Bref, laissez-vous tenter ! Pour ma part, je lirai probablement les deux autres tomes !

 

À noter que Ridley Scott devrait en faire l'adaptation cinématographique.

 

« Mieux valait rejoindre un fantôme qu’être hanté par lui. Mieux valait mourir que vivre ce vide… »

 

Hugh Howey, Silo, Actes Sud, 2013

Please reload