© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

Rien ne sert d'essayer de convaincre un imbécile qu'il a tort.

03/08/2016

L’angoisse du poisson rouge, de Mélissa Verreault, me faisait de l’œil depuis quelque temps et je me demande pourquoi j’ai attendu si longtemps avant de le lire.

 

Ce roman choral présente trois personnages : Manue, Fabio et Sergio. La première, une trentenaire vivant à Montréal, perd son poisson rouge. Qu’à cela ne tienne, elle pose des affiches sur les poteaux de téléphone, elle ne peut pas vivre sans Hector. C’est à ce moment qu’elle revoit Fabio, le bel italien qui nettoie les toilettes du cinéma. Fabio, quant à lui, a immigré il y a quelques années dans l’espoir de trouver une carrière dans le monde cinématographique. Pendant une soirée au ciné-parc avec Manue, il reçoit un appel de sa mère : son grand-père vient de décéder, il doit se rendre en Italie pour les funérailles. Quant à Sergio, le grand-père, c’est par sa maladie et son expérience de prisonnier pendant la Deuxième Guerre mondiale que le lecteur en apprend davantage à son sujet.

 

Le troisième roman de Mélissa Verreault m’a conquise. Sa plume est simple, mais ô combien poétique, imagée et humoristique ! Ce mélange parfaitement dosé amène le lecteur dans le quotidien, les craintes et les espoirs des trois personnages qui, inévitablement, se rejoignent. Les descriptions efficaces, les répliques « punchées » et l’insertion de lettres (et de quelques mots italiens !) ajoutent un je ne sais quoi à ce livre que vous devez ajouter à votre PAL. Un plus : de courts chapitres qui vous incitent à en lire un de plus… et puis encore un…

 

« C’est ainsi qu’on forge l’Histoire : en rejetant la faute sur ceux qui n’étaient pas là et en inventant pour les enfants des récits qui nous évitent d’avouer notre part de responsabilité. »

 

« Occhio non vede, cuore non duole (œil qui ne voit pas, cœur qui ne souffre pas). Il n’y a rien de plus erroné que cette expression.

 

Mélissa Verreault, L'angoisse du poisson rouge, La Peuplade, 2014

Please reload