© 2016 Un mot par page, créé avec wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram - Black Circle
  • RSS - Black Circle

En toute douceur

05/05/2016

Il existe des romans dont l’histoire et les personnages nous trottent dans la tête pendant quelques heures et parfois, pendant quelques jours. La nageuse au milieu du lac fait partie de la deuxième catégorie. 

 

« Quand je la nomme, François, cette maladie, c’est pour dire que ma mère vaut plus cher au Scrabble que dans la vie. » p.82

 

Dès les premières pages, la mère, cette femme malade, nous est présentée par le narrateur, son fils. Entre sa vie personnelle, professionnelle et amoureuse, celui qui  raconte son histoire ouvre son cœur en toute modestie et en toute authenticité. Il est difficile de résumer ce roman : plusieurs tranches de vie permettent de mieux connaitre cette femme et son fils.

 

L’amour, la famille, la maladie et la quête de sens constituent les principaux thèmes abordés dans le roman. Patrick Nicol laisse entrer librement le lecteur dans cette histoire où les émotions occupent le premier plan. D’ailleurs, le thème de la maladie aurait pu devenir lourd et déprimant. Au contraire, c’est par petites touches que cette dernière se présente. Les rôles s’inversent et les souvenirs du narrateur permettent de s'immiscer subtilement dans ses souvenirs.

 

Bref, La nageuse au milieu du lac est sans contredit un roman qu’on savoure et ce n’est pas sans raison qu’il faisait partie de la liste des finalistes du Prix littéraire des collégiens 2016.

 

« Au pire, j’avais préparé à produire plaisanteries et calembours, fonction habituelle des professeurs de français dans les réunions d’enseignants, car les profs de français ont de l’esprit, c’est bien connu […] p.101

 

Patrick Nicol, La nageuse au milieu du lac, Le Quatarnier, 2016

Please reload